The blog of author Dennis Cooper

DC’s 13th annual Bûche de Noël Beauty Pageant

 

‘The earliest recipe of the Bûche de Noël shows up in Pierre Lacam’s 1898 Le memorial historique et géographique de la pâtisserie. The earliest mention however is a couple of years earlier in Alfred Suzanne’s 1894 La cuisine anglaise et la pâtisserie where he notes in passing that it is (was?) the specialty of a certain Ozanne, presumably his friend Achille Ozanne (1846-1898). Of course we have no idea of what this looked like. An article in the French newspaper Figaro adds an interesting tidbit (see Pierre Leonforte, “La bûche de Noël : une histoire en dents de scie,” Figaro, 17 December 2000): according to Stéphane Bonnat, of chocolatier Félix Bonnat her great grandfather’s recipe collection from 1884 contains a recipe for a roll cake make with chocolate ganache. Admittedly she makes no claim to this being the first bûche de Noël.

‘One of the famous stories about this French dessert is associated with Napoleon Bonaparte of France. He issued a proclamation, as per which, the people of Paris were ordered to close the chimneys of their houses, during winters. It was thought that entry of cold air into the houses was causing spread of illnesses and the proclamation was aimed at prevention of such diseases. It was during this time that Buche de Noel or yule log cake was invented in Paris. As use of hearths was prohibited, they needed some sort of traditional symbol that can be enjoyed with family and friends during the festive season that falls in winter. Thus, this cake became a symbolic substitution around which the family could gather for storytelling and other holiday activities.

‘It makes sense that the cake, like so many other Christmas traditions (think Santa, decorated Christmas trees, Christmas cards, etc) dates to the Victorian era, to a time of genteel, bourgeois domesticity. In France, in particular, a certain romantic image of peasant traditions had become part of the story the French told themselves about themselves and while the average Parisian bourgeois could hardly be expected to hoist logs into their 4th floor apartment, they could at least show solidarity for their country cousins by picking up a more manageable bûche at the local pâtisserie. That the result was a little kitsch fit the middle class sensibility too.’ — collaged

 

________________
This year’s candidates

_____________

Les œuvres de Baudelaire (l’hôtel Le Burgundy)
Les œuvres de Baudelaire rend hommage au restaurant éponyme sis dans l’hôtel Le Burgundy, une adresse historique ouverte en 1850, où les manuscrits du célèbre poète furent vendus à sa mort. Dans cette bibliothèque gourmande, chaque ouvrage, gravé de son titre, est une tranche de plaisir chocolaté composée d’un chocolat croquant, d’un biscuit moelleux à la farine de châtaigne sans gluten, de grué de caco, gianduja et praliné noisette, d’un confit de pamplemousse-yuzu et d’un crémeux chocolat-cardamome noire.

8-10 personnes, 120 €. Disponible à partir du 17 décembre.
Le pâtissier : @pierrejean_quinonero

 

______________

Le chalet du Plaza (Hôtel Plaza Athénée)
Le chalet du Plaza recouvert d’un manteau blanc sucré, avec son toit en chocolat, son socle en pâte d’amande candie et sa base de riz soufflé recouverte d’une ganache de chocolat noir, d’un biscuit chocolat noir-coco, d’un caramel aux épices et gel à l’orange, de fines tranches d’oranges confites et d’un baba imbibé au crémeux chocolat.

6 personnes, 125 €. Réservation 48 heures à l’avance minimum à partir du 5 décembre par email (noel.HPA@dorchestercollection.com), à retirer à la Galerie de l’hôtel entre le 22 et le 26 décembre inclus.
Les pâtissiers : @elisabeth_hot_ @jeanimbert @angelomusaofficial

 

______________

La bûche (Le Bristol Paris)
Une spectaculaire banquise immaculée avec ses icebergs aux reflets bleus glacier et son ours blanc composé d’une mousse de marron aérienne, d’un cœur de gelée de kalamansi (un agrume exotique), sur une dacquoise aux noisettes et aux marrons.

6-8 personnes, 130 €. Du 20 au 26 décembre à l’Epicerie des Ateliers du Bristol Paris.
Le pâtissier : @pascalhainigue

 

_____________

Tout-Paris (Pierre Hermé)
Tout-Paris en version d’exception. Le pâtissier s’allie à l’illustrateur Octave Marsal, diplômé du Royal College of Arts et de Central Saint Martins à Londres, pour redessiner une version utopique du Pont-Neuf. Parti d’un croquis à main levée, avec une grande finesse, Octave Marsal rend hommage à l’architecture parisienne. La bûche en chocolat noir est garnie d’un praliné au riz soufflé, biscuit pain d’épices et viennois aux épices, riz soufflé caramélisé, d’une crème onctueuse au caramel à la fleur de sel, et de crème chantilly au chocolat et caramel.

12 personnes, 250 € avec son écrin rétroéclairé. Disponible le 23 et 24 décembre. Version Signature – sans la structure du pont-, 120 €. Disponible du 19 au 25 décembre.
Le pâtissier : @pierrehermeofficial
L’artiste : @octavemarsal

 

______________

L’homme qui tombe de haut (Akrame x Daniel Arsham)
Inspirée de l’œuvre « L’homme qui tombe de haut », installée au plafond du restaurant Akrame, et signée Daniel Arsham, cette bûche immaculée se compose d’une mousse à la noix de coco fumé agrémentée d’une fine couche de chocolat blanc vanille infusé à la fève tonka, de zeste de citron vert, et d’une gelée à l’eau de coco sur un biscuit moelleux.

8-10 personnes, 100 €. Précommande par e-mail. Livraison dans toute la France ou commande à retirer au restaurant.
Les pâtissiers : @akrame_benallal et @killian_lehouerou
L’artiste : @danielarsham

 

______________

La bûche (Cheval Blanc Paris)
Pour cette première saison de fêtes à Cheval Blanc Paris, Maxime Frédéric dévoile une sculpture de chocolat, une ode à la façade du bâtiment Art déco de l’architecte Henri Sauvage. Une maison gourmande composée de 150 pièces de chocolat minutieusement assemblées à la main.

La façade de cette maison de chocolat révèle plusieurs tiroirs de surprises faisant écho aux différents espaces de Cheval Blanc Paris : clin d’œil à l’Italie de Langosteria avec une ganache à la pistache de Sicile ; bouchée chocolatée à la noisette et au caramel fidèle à l’esprit de la brasserie contemporaine Le Tout-Paris ; hommage aux traditions méditerranéennes des agrumes confits du restaurant gastronomique Plénitude ; céréales drapées de chocolat croustillant pour la cuisine boulangère du Limbar ; tablette de chocolat aux amandes parfumée à la rose, fleur emblématique du Dior Spa Cheval Blanc.

Sous le toit de la maison, Maxime Frédéric, comme un enfant facétieux, a secrètement caché une bûche entièrement vêtue de blanc. Un entremets de douceur comme une dentelle dont les volutes vanillées s’inspirent du médaillon de la Samaritaine. Une alchimie d’amandes, de vanille et de fleur d’oranger pour une dégustation festive tout en gourmandise.

La bûche édition limitée de la façade – Prix sur demande
La bûche entremets pour 6 personnes – 108€
Sur réservation 48h à l’avance au 01 79 35 50 44
Retrait des bûches les 23, 24 et 25 décembre

 

La bûche (Cheval Blanc Paris)
Maxime Frédéric, le talentueux chef pâtissier de Cheval Blanc Paris, n’en finit pas de nous surprendre. Cette année, pour sa Bûche de Noël 2022, c’est un retour en enfance avec une superbe sculpture en chocolat représentant un exceptionnel Cheval à bascule qui nous attend. Voilà un formidable écrin pour l’entremets délicieux qui vous attend.

Le Cheval à bascule en chocolat nous dévoile un cheval à la robe ambrée rappelant la finesse de la matière brute du bois, avec ses aspérités et ses stries. Elles sont traduites par un travail minutieux de strates de chocolat aux pourcentages variés habilement juxtaposées. La bascule, quant à elle, est une tablette gourmande garnie d’un Gianduja croustillant qui vous ravira à l’heure du café (enfin, si l’envie de chocolat l’emporte sur l’envie de conserver cette superbe œuvre, mais avouons-le, l’envie de chocolat finit par l’emporter à un moment).

En seconde partie, déposé sur la bascule, on découvre l’entremets tel un paquet-cadeau. Ce délicieux dessert fait honneur à la noisette de la ferme familiale de la famille de Maxime Frédéric. Il se compose d’un biscuit dacquoise, d’un crémeux, d’un praliné, d’un sablé croustillant, d’une mousse légère et d’un caramel à la vanille. Il se pare en visuel des médaillons du bâtiment historique de la Samaritaine.

Notez que la bûche est disponible à 180€ pour 6/8 personnes en édition limitée. Vous pouvez la commander dès le 1er décembre et au moins 48h à l’avance au 01 40 28 00 00 pour retrait les 23, 24 et 25 décembre 2022 au 8 quai du Louvre dans le 1er arrondissement

 

_____________

Origami de Noël (Waldorf-Astoria Versailles – Trianon Palace)
Origami de Noël est plus qu’une bûche, c’est une véritable pièce de décoration inspirée des cocottes en papier. Une prouesse technique de pliage qui allie un jeu de textures et de saveurs étonnant. La forêt, les origamis de chocolat, le sapin, les boules de Noël et les grelots sont tous en chocolat. La bûche (sur le champignon) est composée d’une mousse chocolat au lait, entouré d’une fine coque au chocolat au lait du Pérou 60%, d’un praliné amande-sobacha (graines de sarrasin grillées), d’une crème vanille torréfiée et d’un confit mandarine-citron.

6-8 personnes 84 €. En commande à partir du 1er décembre, retrait à l’hôtel du 17 décembre au 1er janvier 2023. Tous les week-ends, elle est proposée au bar de l’hôtel en format individuel (16€).
Le pâtissier : @eddiebenghanem

 

_______________

La bûche (Sofitel Le Scribe Paris Opéra)
La façade historique de l’hôtel, situé à deux pas de l’opéra Garnier, a inspiré cette bûche sans gluten. Une réinterprétation du dessert Opéra aussi mythique que son quartier de prédilection : façade en chocolat noir, biscuit brownie, croustillant café, crémeux chocolat onctueux, cacao Xoco 70% origine pure Nicaragua, caramel café, crème café et mousse cappuccino grand cru Terre de café Himalaya.

8 personnes, 120 €. Disponible du 20 décembre au 1er janvier 2023 sur commande.
Le pâtissier : @antoine_bouchard_

 

_____________

La bûche (Four Seasons- George V Paris)
Une bûche aux lignes graphiques qui rappellent les paperolles, cette technique de décoration utilisant de fines bandelettes de papier, adorées du chef-pâtissier Michael Bartocetti. La bûche se compose d’un glaçage au chocolat dulce de leche, de fines lames de chocolat au lait 40% du Pérou, d’une mousse infusée aux branches de pin Sylvestre, d’un confit d’agrumes de chez Damien Blasco, d’une confiture de miel de châtaigner et d’huile d’olive de Sicile, d’un biscuit moelleux à l’huile d’olive et aux amandes de Provence sur un croustillant sablé aux amandes et citron vert.

8-10 personnes, 135 €. Disponible au Christmas Pop-Up de l’hôtel du 16 décembre au 8 janvier 2023.
Le pâtissier : @michaelbartocetti

 

_______________

Petit biscuit (Ritz Paris)
Petit biscuit par François Perret un socle sablé saveur Spéculoos, cœur praliné macadamia, crème fouettée légère à la vanille façon Chantilly et aux épices de Noël (cannelle, cardamome, gingembre, pointe de muscade).

8 personnes, 150 €. En commande à partir du 26 novembre et à déguster en part individuelle au Bar Vendôme du Ritz Paris et au Ritz Paris Le Comptoir (18 €).
Le pâtissier : @francoisperret

 

____________

La bûche (Liberté)
cette recette signature de la pâtisserie. À l’intérieur : crème de yaourt citronnée, confit de citron entier, meringue française et biscuit madeleine au zeste d’agrumes citron-orange.

8 personnes, 63 €
Le pâtissier : @alexislecoffre

 

_____________

Bûche Etoilée (Shangri-La Paris)
Inspiré du dessin d’une fleur de badiane chinoise (ou anis étoilée), la Bûche Etoilée est composée d’une écorce chocolat, d’une mousse lactée du Pérou parfumée à l’anis, d’un biscuit et croustillant au chocolat, d’une marmelade de clémentine et d’un confit de lyokan (un agrume japonais).

8 personnes, 118 €. Disponible en précommande à partir du 1er novembre au : Tél. : 01 53 67 19 91. A retirer du 18 au 25 décembre. Commande 72 heures à l’avance minimum.
Le pâtissier : @maxence.barbot

 

_______________

The Hive (Grand Hotêl de Bordeaux)
Pour un Noël surprenant, le chef pâtissier Alexandre Girard a conçu une ruche en chocolat qui cache un dessert digne d’une œuvre d’art. La bûche se compose d’une mousse yaourt légère aux notes de miel. Pour une fin de repas gourmande, un biscuit moelleux à la noix de pécan se dévoile accompagné d’un crémeux miel et d’un croustillant praliné à la noix de pécan. Le tout est assemblé aux côtés d’une marmelade aux agrumes et d’alvéoles ornementés de miel et de pollen.

Prévente en ligne dès le 14 décembre 2022 ; Réservation par mail ou par téléphone 72 heures à l’avance
Pour 8 personnes : 140 euros ; 4 pots de miels de l’Essaim de la Reine et un entremets inclus (édition limitée à 15 exemplaires)

 

_______________

Promenade en Forêt (La pâtisserie parisienne de Nina Métayer)
Elle cache sous ses délicates fines feuilles de chocolat craquant un jeu de textures et d’accords subtils entre cacao, chocolat et praliné.

Sablé chocolat croustillant à la farine de riz et pointe de fleur de sel. Mousse aérienne à la noisette*. Biscuit moelleux au cacao. Léger crémeux au chocolat 66° de cacao. Praliné maison au grué de cacao. Ganache cacao et fines feuilles de chocolat noir 72%. *Couverture végétale Linnolat aux noisettes françaises. Sans gluten !

À partager : 4/6 personnes, 6/8 personnes ou individuelle.

 

_______________

La bûche (Cour des Vosges)
Elle rend hommage à cette place mythique et vue imprenable depuis l’hôtel Cour des Vosges, une place royale qui fait partie des plus anciennes de la capitale. Croustillant café italien, biscuit à la cuillère imbibé de café italien-amaretto, crémeux café blanc infusé à froid, mousse de mascarpone vanillé-amaretto et gel de café.

8 personnes, 95 €.
Le pâtissier : @yannbrys

 

_____________

Alerte à Malibûche (Kimpton Saint-Honoré Paris)
Alerte à Malibûche est inspirée par la série culte des années 90 « Baywatch » et fait écho au nom du restaurant de l’hôtel (Montecito), aux résonances tout aussi californiennes. Cette bouée de sauvetage et son cordage blanc se composent d’une tablette de chocolat au praliné et fruits secs torréfiés, d’une mousse cheesecake légère et d’un biscuit noix de pécan.

8 personnes, 90 €. Sur commande 72 heures à l’avance.
Le pâtissier : @nicolaspastot

 

______________

Vertige des Sens (Fauchon)
Inspirés par la beauté des montagnes enneigées, Sébastien Monceaux, Chef Exécutif Fauchon, et Clément Bargoin, Chef Pâtissier de l’École Fauchon se sont inspiré du Mont-Blanc pour imaginé cette véritable oeuvre d’art. Cette bûche d’exception associe biscuit croquant aux noisettes du Piémont, bavaroise à la vanille de Tahiti, fondant à la crème de marrons de Collobrières et compotée de myrtilles des Alpes, saupoudrés d’éclats de châtaignes et de myrtilles entières. Cette bûche aussi été conçue comme une oeuvre d’art puisque La Maison Fauchon s’est associée à Ben & Manu, deux sculpteurs ébénistes qui ont façonné à la main, un écrin sur-mesure en noyer massif qui enveloppe ce dessert …

Bûche Signature 2022 “Vertige des Sens’. Sébastien Monceaux et Clément Bargoin pour Fauchon. 550 € (6/8 personnes).

En édition limitée à 50 exemplaires.

 

______________

La Bûche (Le Royal Monceau)
Composée de 5 barres gourmandes, réconfortantes et complémentaires, la création de Quentin Lechat transporte par son homogénéité des saveurs et son équilibre, en suivant le sens de dégustation conseillé par le Chef :

Barre vanille : biscuit charbon confiture de lait à la vanille, pointe de rhum ambré agrémenté de panna cotta, vanille, bavaroise vanille et pâte sucrée amande.
Cette barre, intensément vanillée reprend les éléments de la perle vanille signature du Palace.
Barre chocolat lait et tonka : brownie chocolat lait, panna cotta tonka, biscuit reconstitué au riz soufflé et mousse au chocolat lait ultra gourmande.
Cette barre se voit douce et régressive.
Barre tatin : biscuit sarrasin caramel beurre salé pomme tatin, mousse yaourt et pâte sucrée amande.
Cette barre se trouve réconfortante grâce aux fruits cuits et caramélisés, et reste ainsi fidèle aux saveurs de la tarte tatin en version entremet.
Barre pralinée : biscuit Dacquoise praliné orangé, marmelade citron et mousse praliné agrémentée d’une pâte sucrée amande.
Cette barre apporte fraicheur grâce aux agrumes, et gourmandise par son goût prononcé en praline.
Barre chocolat intense et cranberries : biscuit cacao sans farine, pâte sucrée cacao, praliné Grué, gel de cranberries et mousse chocolat.
Cette barre est intense en chocolat avec une pointe d’acidité grâce au gel cranberries.

Prix : 110€ la pièce (pour 8 personnes)
Précommande du 20 novembre au 20 décembre
Retrait à partir de 22 décembre jusqu’au 26 décembre inclus

 

______________

La Buche (La Maison du chocolat)
Pour les fêtes de fin d’année, Nicolas Cloiseau a imaginé 3 bûches cadeaux qui n’en font qu’une ! Dans cette bûche, on retrouve des notes de chocolat, de caramel salé, de praliné à la noix de pécan … Quelques noix de pécan enrobées de chocolat au lait apportent du croquant tandis q’un savoureux brownie à la poudre de pécan caramélisée assure la gourmandise et la douceur de ce dessert.

Mousse au chocolat noir 71% pure origine Cameroun, praliné aux noix de pécan et à la fleur de sel de Guérande, crémeux caramel au beurre salé, éclats de noix de pécan enrobés chocolat lait, biscuit brownie à la poudre de pécan caramélisée, glaçage noir. Décor de rubans en chocolat (blanc, lait et chocolat à la fraise), socle chocolat lait perforé et décoré d’étoiles.

Réservation dès le 1er décembre en boutique et en ligne sur lamaisonduchocolat.com. Retrait boutiques du 21 au 24 décembre 2022
120 € (pour 6/8 personnes)

 

______________

La Bûche (Mandarin Oriental)
Le chef pâtissier du Mandarin Oriental, Adrien Bozzolo, s’est associé à la mètre parfumeur Nisrine Bouazzaoui Grillé pour imaginer cette bûche d’exception aux parfums et saveurs d’Extrême Orient. En forme d’éventail, la bûche mêle un croustillant praliné au sucre noir d’Okinawa et bubu arare, surmonté d’un biscuit intense chocolat, d’un crémeux à base de chocolat noir Loma Sotavento pure origine République Dominicaine. En son cœur, mandarine d’iyokan et gingembre kogan sont enveloppés d’une mousse légère au chocolat Loma Sotavento.

Disponible en édition limitée du 22 au 26 décembre 2022 sur commande 48h à l’avance au 01 70 98 74 00.
108 € (pour 6 personnes)

 

______________

Bûche ‘Reine Saint-Honoré’ (Ladurée)
Fond croustillant aux éclats de feuilletage caramélisé, biscuit fondant pâte à choux, crémeux à la vanille torréfiée et sucre muscovado, caramel au beurre demi-sel coulant, crème légère à la vanille de Madagascar, fine coque de chocolat vanillé.

Disponible à partir du 14 décembre 2022 dans les boutiques Ladurée et également en pré-commande à partir du 30 novembre 2022 sur laduree.fr, livraison à domicile en France (hors Corse) les 22 et 23 décembre. Frais de livraison offerts.
78 € (pour 6/8 personnes)

 

_____________

Racine (Peninsula Paris)
Racine, voilà le nom de cette bûche de Noël exquise qui prend la forme d’une branche de pommier. Pour cette bûche, les deux chefs se sont attachés à travailler des produits bruts pour rappeler, au moment de la dégustation, les souvenirs visuels et olfactifs d’une nature boisée, reconnaissable aux pommiers dans les jardins et aux braises crépitant dans les feux de cheminée.

Sous une coque de chocolat sculptée, se cache un entremets original. Il vous suffit de soulever la coque pour découvrir le fameux entremets qui se compose d’une ganache vanille infusée à la feuille de pommier grillée, d’un crémeux au lait cru et chocolat de Madagascar fumé au bois de pommier, d’un caramel onctueux aux notes de pomme, le tout sur un biscuit croustillant au cacao.

La Bûche Racine est au prix de 95€ pour 6 personnes. Elle est en vente à emporter et sur réservation 48h à l’avance minimum : les 23, 24, 25, 26 et 31 décembre

 

______________

La Buche (Lutetia)
En quête d’une bûche de Noël aussi belle, originale que bonne pour les fêtes ? On file découvrir la sublime et délicieuse bûche de Nicolas Guercio pour l’Hôtel Lutetia qui fait honneur à l’Art Déco cette année. Côté saveurs, laissez-vous envouter par le mariage étonnant entre le chocolat et la truffe.

C’est donc un joli hommage au Lutetia Paris que nous livre ici le chef talentueux qui nous émerveille sans cesse de ses créations. Sur la table, c’est une véritable oeuvre d’art qui se dévoile à nous. Autant vous dire qu’avec ses plaques de chocolat finement dorées, elle fera sensation à table au moment du dessert!

Alors, on trouve quoi dans cette bûche ? Du chocolat certes mais pas que. Pour sa sublime création de fête, le Chef a marié les saveurs traditionnelles de chocolat et de praliné, associées à une audacieuse note truffée. On retrouve ainsi une onctueuse mousse au chocolat noir Komuntu 80%, une pâte sucrée cacaotée pour une note croquante, une dacquoise noisette relevée par un croustillant fleur de sel, ainsi qu’un savoureux crémeux chocolat au lait Valrhona noisette et un praliné coulant parfumé à la truffe, réalisé à base de truffe noire du Périgord.

Comptez 145€ cette bûche pour 10 gourmands signée Nicolas Guercio! Disponible en édition limitée et uniquement sur réservation par téléphone au 01 49 54 46 00 jusqu’au 22 décembre 2022. Les retraits sont à effectuer au Lutetia Paris les 23 et 24 décembre 2022.

 

______________

Bûche Hotte de vendanges du Père Noël (Troplong Mondot)
Adrien Salavert nous propose cette année un nouveau trompe l’oeil très élaboré. Il s’agit cette fois-ci d’une Hotte de Père Noël version vendanges, Saint-Emilion oblige. Cette hotte reprend les formes d’une cagette de vendanges du Château Troplong Mondot, dans lequel vient se poser le fameux balluchon rempli de cadeaux du Père Noël. Elle révèle à la dégustation un crémeux au chocolat lait Grand Cru du Brésil, une mousse vanille, un confit de clémentine et verjus et un croustillant biscuit caramel.

Le sac du Père Noël en chocolat blanc se retire délicatement sur le dessus, pour faire apparaître les cadeaux. Délicate attention, une étiquette en chocolat personnalisable à la commande au nom de vos enfants et petits-enfants, est accrochée au baluchon.

Si de prime abord, le visuel donne l’impression d’une coque en chocolat dure et peut-être lourde en fin de repas, il n’en est rien du tout. Le dessert est en réalité léger en bouche et la mousse vanille et le confit de clémentine, apportent douceur et fraicheur à cet entremets qui finira en beauté votre repas de fête.

Cette bûche pour 6 personnes est proposée à 70€. Elle est disponible sur commande exclusivement sur contact@bellesperdrix.com. Attention, les quantités sont limitées ! Elle est ensuite livrée sur Bordeaux et Paris le 23 décembre ou à retirer à Saint-Emilion directement.

 

______________

La Bûche signature Noël au Chalet (Lenôtre)
Quand on pense à Noël, on pense neige et cheminée au coin du feu évidemment. Chez Lenôtre et notamment chez Etienne Leroy, cette image s’associe à un lait chaud, gourmand et épicé. C’est alors naturellement que le chef a imaginé ce chalet en trompe l’oeil en chocolat (chocolat signature aux trois origines Ghana, Sao Tomé et Tanzanie), chocolat lait et guimauve moelleuse, aussi ludique qu’amusant, dans lequel se cache la bûche aux saveurs lactées, où vanille, cannelle et pointe de muscade viennent vous rappeler ce lait de poule de maman. Une pointe de rhum de 7 ans d’âge, du caramel fondant pour la gourmande, cette bûche faite à partir de lait infusé à la brioche toastée est un vrai coup de cœur de la rédaction.

Elle est disponible à partir du 16 décembre au prix de 180€ pour 8 personnes

 

______________

La bûche (Joia)
La bûche joue sur l’accord chocolat-marron-agrumes qu’affectionne tant la Cheffe landaise parce qu’il lui évoque l’ambiance chaleureuse de Noël et ses traditions. Cet accord est relevé ensuite par une note boisée et vanillée, amenée par l’armagnac, qui apporte gourmandise et sophistication. L’onctuosité d’un crémeux, la légèreté d’une mousse de marron, le moelleux d’un biscuit au chocolat et le croustillant du cacao à la farine de châtaigne ajoutent enfin un jeu de contrastes des textures si saisissant.

Détail d’exception : chaque bûche sera vendue avec une bouteille de 20cl de bas armagnac, grand assemblage 20 ans d’âge de la Maison Francis Darroze.

La bûche de Noël 2022 par Hélène Darroze est disponible, en série très limitée, sur commande entre le 1er et le 19 décembre pour un retrait à partir du mardi 20 décembre. Elle est également disponible à Joia, 39 rue des jeuneurs Paris 2e. Son prix : 115 €, pour 6/8 personnes.

 

______________

La boîte à musique Noël (Picard)
Jouez la carte du trompe-l’œil pour le dessert de Noël avec cette bûche glacée ressemblant à une boîte à musique. Vous pourrez déguster une glace au chocolat noir et à la vanille, parsemée de brisures d’amandes caramélisées. Le biscuit est un savoureux brownie au chocolat pour encore plus de gourmandise.

Retrouvez la boîte à musique Noël chocolat et vanille Picard à 17,95€

 

______________

Haute Couture (Park Hyatt Paris – Vendôme)
En transposant le mythique drapé de la couturière Jeanne Paquin en bûche de Noël délicate et épurée, la Cheffe rend hommage à la première reine de la Haute Couture française des années 30 dont les ateliers étaient installés au 5 rue de la Paix,. Très sensible au rapprochement entre la pâtisserie et l’art, Naraé Kim travaille avec précision les détails et les reliefs de son œuvre qui nous replongent dans l’univers de cette femme d’exception qui a marqué l’histoire de la Mode .

Son style unique et sa capacité à utiliser le temps pour sublimer les saveurs, lui permettent de présenter une création unique qui enchantera à la perfection tous les palais lors des fêtes de fin d’année. Cette année encore, Naraé Kim a imaginé une association osée et créative en mêlant la fraîcheur de la poire, au cœur de la bûche, à l’intensité de la noisette cuisinée en deux façons : un biscuit noisette, léger et savoureux et une pate de noisettes fermentées pendant 3 mois : vraie découverture gustative qui ravive l’intensité et laisse deviner un goût proche de la date ou du pruneau pour une acidité en fin de bouche. Une mousse au chocolat 72% du Venezuela, entoure cet insert et la crème poire, eau de vie, amène une légèreté à la dégustation.

Bûche 6 à 8 personnes : 95 euros

 

______________

La cloche de Notre Dame (Hôtel de Crillon)
Décidément, l’Hôtel de Crillon ne cesse de nous surprendre. Après un Noël enchanté, et une épiphanie gourmande, Matthieu Carlin, le chef pâtissier du prestigieux palace, nous réserve une nouvelle surprise. Pour le plus grand bonheur des chocovores, il dévoile une cloche en chocolat insolite qui peut renfermer un beau secret!

Au programme, 900g de chocolat noir 66%. Un maillet vous est fourni avec cette oeuvre d’art, et lorsque vous vous résoudrez à casser cette oeuvre, vous découvrirez alors un mélange de fruits secs avec des noisettes françaises, des amandes en bâtons, des pistaches, raisins secs, citrons confits… que de gourmandise ! Le chef nous offre ici une véritable madeleine de Proust qui n’est pas sans rappeler la recette du mendiant.

À l’intérieur de cette création très cacaotée se trouve un oeuf en chocolat et praliné, une gourmandise régressive qui devrait plaire aux petits et grands. Garni d’un praliné maison grossièrement mixé à base de d’amandes et de noisettes qui apportent une touche de croquant à l’ensemble!

Cette oeuvre pascale est proposée en édition limitée à 150 exemplaires.

 

 

*

p.s. Hey. So, we’ve reached that annual day when I host my beauty pageant starring the best French Xmas cakes being made available at a price by the tony patisseries and hotels in France to aestheticised cake coveting people like myself. I always get some likeminded local friends together and devour one or two of them, and we’re still debating re: which will be our winner(s) this year, but maybe you have some favorites or suggestions? If so, I’m very open. ** Dominik, Hi!!! Mm, no, I’m not a believer in perfection, but I am a fan of trying to figure out what would be perfect, for sure. Just the body? Well, that’s a start. Congrats! Why is the head being such a prick tease? I guess heads would take longer to get perfect. Wait, there I go again. Cool. I anticipate and semi-demand pix when it’s whole. Love reversing France’s decision to get rid of metro tickets because I like them for some reason, G. ** _Black_Acrylic, Hi, B. Glad you enjoyed them. Hm, I’m not sure about the sound problem? I had sound here? Sorry for the glitch. ** Jamie, Hey, bud. Awesome! I’m so happy you liked them so much. Greetings to Ostend, which I can almost vaguely remember well enough to picture. It must be pretty moody at this time of year. Your day sounds really dreamy. Really just kind of perfect actually, so maybe I do believe in perfection despite my disclaimer just north of here. I’m good. Zac and I are trying to decide between two really good Line Producers, and we’re hoping to Zoom-convince the Production Designer we really want on Saturday. The casting is on hold right now, but we’re in good shape. I’ll wear my hoodie out today just in case my day’s greatness accrues photographers. Given how modest my aims are for it, I think I’ll be plenty incognito. How was your divine day of work and physical drifting? Imaginatively designed, sweet tasting, expensive love, me. ** Autumn Glint, I have to decide today, don’t I? I promise to go to the closest FNAC and keep my hand on my wallet. Well, I think we’re both way to puny to catch the CIA’s eye. Well, I shouldn’t speak for you. How rude. Did you buy something? ** Dom Lyne, Ideally, everything and everyone would be an eye-opener, don’t you agree? I think I would pay to look like a confused student. I think I immediately like people who either are or look like confused students. Cool about your film extra work. Wow. And I can only assume that John Cameron Mitchell would be a lovely strolling companion. Love back from the land where cakes take precedent. ** malcolm, Hi, M. Awesome that her films are alluring to you. And, yeah, Canadian. Canada has a really strong experimental film scene and tradition, you being one of the reasons why. I look at tumblr sporadically. There are a lot of animated gifs there, so that’s one reason. I’ll go look at mamre. And, most importantly by far, at your june16th1994 blog. Wow, why didn’t I know about it. Great! I do like how tumblr lets visitors scour it unlike elitist, exclusionist instagram. I may have to hit you up for tips on fake wound making when ‘RT’s’ shooting time comes. No, no Thanksgiving for me. France doesn’t do it or really seem to know anything about it. Maybe there’s a French equivalent. They do have a billion holidays here. Did you eat and drink holiday-appropriate things? May your day today pop. ** Brian, Hi, Brian. Even though Anarchism and Marxism are pretty much opposites, I admire my Marxist friends. I’m guessing that today’s post has little appeal to you, although maybe you can appreciate ambitiously designed food safely stored in an odorless, untouchable jpeg with a chilly regard? This’ll probably sound stupid, but have you tried hypnosis? Having been hypnotised as bunch when I was young, I don’t see how that could work, but sometimes people say they quit smoking and needing to sleep with a nightlight on and stuff like that thereby. I don’t know. I have all kinds of habits I probably couldn’t break if my life depended on it. I’m glad you got through the big T with some pleasure anyway. Ha, I went to the art opening, and I hung out longer than I wanted to — art openings are not my favorite things — and the guy never showed up. So now I’ll have to try to schmooze him by email, which is not a very promising route. Oh well. How is your weekend dawning? ** Right. Please enjoy the pageant and mark your ballots accordingly. See you tomorrow.

17 Comments

  1. _Black_Acrylic

    Gah, no English texts this year? I blame Brexit for this, along with so much else. My own pick here would be the Baywatch-themed Alerte à Malibûche, because it’s fun and I do like a touch of silliness sometimes.

    Was disappointed this morning to see my World Cup team Wales losing to Iran. What with the UK Supreme Court denying Scotland its request for a 2nd Independence Referendum, it’s been a bad week for the so-called Home Nations.

  2. Dom Lyne

    Hey Dennis,

    I think I rock the confused look. In general my facial expressions are pretty easy to read. I certainly don’t have a poker face for sure. The JCM walk was very lovely indeed, we were meant to meet at Waterloo but he ended up at Victoria so it started with a very confused “What can you see?” phone conversation before I was like “Wait where you are, I’m coming to get you.” You actually came up in conversation, if I remember correctly it was through your mutual knowing of Travis Jeppesen.

    Ooh, the “Annual Bûche de Noël Beauty Pageant” is one of my favourite times of the year!! So here’s my top three, in order of their appearance on the list:
    — Les œuvres de Baudelaire (l’hôtel Le Burgundy)
    — Tout-Paris (Pierre Hermé)
    — Origami de Noël (Waldorf-Astoria Versailles – Trianon Palace) – but how would you cut it? I’d feel to guilty to sever its beauty.

    The one’s that truly failed to impress:
    — L’homme qui tombe de haut (Akrame x Daniel Arsham) – Looks like the consequence of mine and Jeffree’s brief, but passionate, love affair.
    — Racine (Peninsula Paris) – I pick these up every day behind Minnie, so it wouldn’t feel special.

    Much love and hugs,
    Dom

  3. Dominik

    Hi!!

    The beauty pageant!! It’s incredibly hard to pick only one, as always. So hard that I actually can’t, haha. I’d either go for Ritz Paris’s Petit biscuit or Joia’s La bûche. Or maybe Pierre Hermé’s Tout-Paris. Yes, I think those are my top three. Which ones are your favorites?

    I feel similarly about perfection. I’m an awful perfectionist, but I don’t actually believe perfection as some universal quality exists. Maybe it’s possible to talk about perfect moments, though, on a subjective level.

    My BJD’s arriving in parts because I fell in love with a head sculpt, and the company selling it does produce bodies as well, but those I didn’t really like. And as I decided that if I was gonna spend so much money on a doll, I should be in love with all of his parts, I ordered the body from another company. I hope to fuck they’ll be a nice match. Their measurements should be okay, but their skin tones are a question. Jesus, haha. Anyway, I just got a notification this morning that the head has shipped as well! I’ll definitely send you photos when he’s here in his entirety!

    Oh, that’s sad about metro tickets. I’m sorry love has to live on without them. Love giving you enough money – in a nice little gift box; he’s not flashy – to buy any Bûche de Noël you like, regardless of its price, Od.

  4. Charalampos Tzanakis

    Hey Dennis,

    I loved this post. I went through it twice. My faves were the bell one and the L’eventeil. I actually promised myself to have one or two of them next year in Paris. I can’t wait. I prepare for a move with my mom to a friendly house in Athens until we finally she moves to Crete and I go to all over Europe and to come see her (I hope as often as possible) – I am packing things and dance to the new Mylène Farmer album around my room

    Did you like the new Pierre Clementi book? I will go back and read your post about it to get pumped to read it in the next months. I am still reading the books I mentioned in the other post and developed a fast deep reading technique that I did when I was young that makes me absorb the text and get inspired hardcore. What are your best Pierre roles? Do you have some less known to recommend to me? Some hidden gems? I never saw some films from his filmography and I am intrigued

    Love from Athens

  5. David Ehrenstein

    Pas Sur La Bouche

  6. Jack Skelley

    hI Dennis — I want to crack that bell with the secret egg! Excited for your film pic… Tried to send you comments earlier this week but the function did not function…. That’s oK Comments can wait. And now i forget what they were… Total love… total weekend…-Jack

  7. Steve Erickson

    Mandarin Oriental and Le Royal Manceau’s contributions have an elegantly stripped-down quality.

    Tumblr has always seemed very mysterious to me, since the search function is crap. I’ve come across some really unusual images there, but finding them was pretty random. It has a bad reputation as a haven for extremely petty and moralistic teenagers, but being ignored and seen as uncool for so long, compared to Instagram and Twitter, probably has its benefits.

    For Slant Magazine’s 2022 year-end music list, I’m writing brief reviews of Burial’s ANTIDAWN and six singles. I’ve never had to sum up a song in two sentences before, which I’m finding challenging.

  8. Sypha

    Well, I guess I’d pick the Les œuvres de Baudelaire one, naturally!

    I’ve decided not to do my annual holiday cards this year, partly due to work stress, health issues, tensions at home, and so on. The death of Joseph Mills (one of the very first people I ever did such a card for) also factored into my decision. I hope you don’t mind, Dennis!

  9. Bill

    Sorry about the radio silence, Dennis. Good to see it’s that time of the year again. I’m sure my favorites are predictable: the Baudelaire, and Akrame’s dead body (I’d love to see a video of a pastry chef sculpt that piece). That Baywatch whistle (?) is pretty funny too.

    The Kevin Lambert novel you recommended earlier was a shoo-in to my to-read list.

    Been trying to get ready for the gig. I’m still waffling about some of the video. But here’s the info:
    https://www.bayimproviser.com/EventView.aspx?e=19804

    Bill

  10. Jamie

    Dear Dennis,
    After some considerable thought, my favourites are the Park Hyatt Paris – Vendome Haute Couture, Liberte’s La Buche, Four Seasons – George V Paris’ La Buche (although I’m confused by the guy standing behind it brandishing a cake; do you get that too, or is it merely to indicate that the main piece is edible?) and L’homme qui tombe de haut, partly for the name and partly as it looks confusing. My basic French is now good enough that I can roughly understand most of the descriptions and it seems that citrus flavours are very much in vogue this year. Are there more brown buches than usual? I seem to recall there usually being more colour variation. Of course, I’m intrigued to hear your choices and which one or more you end up scoffing.
    Cool that you’ve got more people for RT. I had to look up Line Producer, it sounds like a very responsible position. Best wishes for your attempt to woo the Production Designer on Saturday. Can you tell me again the name of the ghost-kid in RT? I remember thinking it was inspired but I’m totally blanking now (no worries if you want to keep it under wraps!).
    It’s my last evening in Ostend and I’ve had another ‘perfect’ day. More editing and looking at cakes and that’s about it. How was yours?
    Hope you have a lovely weekend.
    Guy who weirdly thought he’d be able to see the sea at night love,
    Jamie

  11. Joseph

    Hi Dennis! Hope you’re well as can be.

    They’re all gorgeous but La bûche (Liberté) reminds me of a pile of cocaine neatly rolled up into pixie stick form and La Buche (Lutetia) reminds me of the puzzle box from Hellraiser so that combination might be fun. Be careful cutting into the latter! Have you seen that new Hellraiser? If so, how’d you feel about it?

    Earlier this afternoon I finished Bill Morgan’s bio of Ginsberg, I Celebrate Myself, which I’d been working on for over a month and it was total bonus points to see Mark Ewert pop up in a few paragraphs toward the end. (Hi, Mark, if you drop by). It was an excellent bio in my opinion. Recently I’ve been following Ted Berrigan’s advice without realizing it and doing nothing but reading writers bios.

    Merry everything!

    – Joseph

  12. AUTUMN GLINT

    I BOUGHT SOME ADDIDAS TRACKSUIT BOTTOMS A SIZE TOO SMALL SO THEY FIT TIGHT, FROM SPORTS DIRECT AND SOME SALVE

  13. h now j

    caaaakes !!

  14. Ian

    la retour des buche de noel! the fan and rocking horse are really something. which buche will you be eating this year?
    i am sending out some advance copies of my book next week and i was wondering if i can send one to you? a little thank you for all the inspiration and encouragement.
    a demain,
    ian

  15. Gick

    The first & the fifth ones seem to be the most worthy of your tongue & teeth. I also like the last one in theory, but in practice, the inside might be a bit too rich, almost sickeningly so? Overall, this year, your buches seem somehow more gentle and elegant than the previous years’ candidates… Is this mellowness intentional? Either way, this post made me imagine you in a gloriously sweet feast biting & licking the most exquisite buches possible… xo

  16. malcolm

    hi dennis! hard to believe that these are all edible. my fave is l’homme qui tombe de haut (akrame x daniel arsham), it reminds me of a marble statue. very gorgeous, i wouldn’t even wanna eat it, just stare at it.

    i love gifs as well, i make and post a lot, mostly of just myself – my tape self portraits. i guess some people think gifs are outdated now? i don’t care! they’re fun!

    i’m known to hate making food, sometimes i ever think pouring a bowl of cereal takes too long, but thanksgiving and christmas are the two times a year where i go all out and enjoy myself. i’m vegan, so i’ll get some sort of turkey alternative, and then make mashed potatoes, corn, stuffing, biscuits, and gravy. those are the staples, and then sometimes i’ll throw in some other stuff like cranberry sauce or peas if i’m feeling extra festive.

    wounds are surprisingly easy! if all else fails, slather on some more fake blood. next project is figuring out how to make edible intestines. we have a plan but we aren’t 100% sure how it’s gonna look until we actually try it. experimenting on sunday. updates to come. time for bed, as today was black friday and i worked 12 hours between the two jobs. exhausted is an understatement. see you tomorrow

  17. Brian

    Hey, Dennis,

    You’re wrong re: today’s post’s appeal: the blog’s Bûche pageant is always one of my most eagerly anticipated events of the season (and besides—and this will possibly seem juvenile, or ridiculous—but cake isn’t one of the items on my long list of prohibitions). Every one of these boggles the mind, they’re so stunning. I can’t choose one to cast my vote for…perhaps the tomb one? Or the one that resembles broken ice floes, with the stranded animal, a very painful scene for a festive feast. Hypnosis doesn’t sound stupid, and I haven’t tried it, but I think it seems rather unlikely as a tool. I just have to find the will in myself somewhere, I think. I’ve never been hypnotized. How was the experience for you? Is it real? Nobody’s ever given me a straight answer. Art openings always sounded rather dreary to me too. That your guy didn’t manifest is all the more lamentable. Good luck with the email approach—professional emails of any kind are drudgery for me, I can’t imagine how much more so in a situation like this. My weekend’s dawning ambiguously…not much activity. I thought of Mishima today because it’s the 52nd anniversary of his death ritual. Continued my rewatch of Neon Genesis Evangelion with my brother, the first time I’ve returned to this series since 2020. Back then I was an agnostic-skeptic on the whole thing. Now I’m afraid I’m as completely obsessed with it as many of my friends are, alas. I’ll probably go back to my lodgings in the city tomorrow. This is my last week there before moving home, although classes continue two weeks into December. I have a lot of work cut out for me—the majority of that study on “The Damned” (which, like last time, I foolishly put off till the last minute), a seven page paper for Shakespeare Survey, and, worst of all, a presentation on some as-yet-unchosen dialect for my mandatory linguistics class—not my suit at all…some more repose tomorrow and perhaps Sunday, but it’s more or less the grindset from now till Christmas. I hope your weekend bears cheerier tidings!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2022 DC's

Theme by Anders NorénUp ↑